sam. Sep 21st, 2019
kasai-oriental-KAMUKUNY-MUKINAY

KAMUKUNY MUKINAY

Kasaï-central : les autorités provinciales se disent inquiètes du ralentissement des travaux de 100 jours

Suppression des bourbiers et points chauds, les deux axes Kananga – Kalamba-Mbuji et Kananga – Kamuesha

Suppression des bourbiers et points chauds, les deux axes Kananga – Kalamba-Mbuji et Kananga – Kamuesha ont fait l’objet d’une descente sur terrain de l’autorité Provinciale à la tête d’une délégation des membres de cabinet et le directeur national en charge de Ponts et Chaussées de l’office des Routes.

Cette mission de supervision conjointe d’Ambroise KAMUKUNY MUKINAY et de José EKWA BENGA, a permis d’avoir une même vision sur le niveau des réalisations de ces travaux financés par le Président de la République Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO dans le cadre de ses cent premiers jours.

Le Professeur KAMUKUNY, a salué les efforts fournis par l’Office des Routes dans la réalisation des travaux sur l’axe Kananga – Bulungu vers Tshikapa. Ce début des travaux a consisté à la stabilisation de la route et la canalisation d’eau de pluie jusqu’au pont Miyawu.

Il a toutefois recommandé à l’Office des Routes de poursuivre avec ces travaux jusqu’au bout afin que cette route de du national numéro 1 qui est destinée à être goudronnée soit praticable et fréquentable.

Sur l’axe Kananga – Kalamba-Mbuji confié à l’entreprise chinoise CREC7 pour les mêmes travaux, le constat du gouverneur intérimaire était le même que celui de tous les techniciens en supervision ce mercredi 21 août 2019

“L’argent de République n’a pas servi à grand-chose. Nous avons trouvé des malfaçons, des sables mouvants non compactés et rien n’est fait. Nous avons trouvé que la route n’était pas faite comme le standard le recommande,” a constaté le vice-gouverneur Ambroise KAMUKUNY.

Il sied de rappeler que l’Office des Routes a sous-traité ce marché de suppression des bourbiers et points chauds sur l’axe Kananga – Kalamba-Mbuji à l’entreprise chinoise CREC7 qui ne l’a pas réalisé jusqu’à ce jour.

Fabrice Kabamba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × 5 =