sam. Jan 18th, 2020
khalifa-haftar

leader libyen Khalifa Haftar

le leader libyen Khalifa Haftar rejette l’appel au cessez-le-feu russo-turc

Le leader libyen Khalifa Haftar a rejeté un appel de la Russie et de la Turquie à mettre en œuvre un cessez-le-feu à partir de dimanche

Le leader libyen Khalifa Haftar a rejeté un appel de la Russie et de la Turquie à mettre en œuvre un cessez-le-feu à partir de dimanche, et a déclaré que l’armée nationale libyenne poursuivra son offensive contre Tripoli et le gouvernement d’accord national (GNA), basé dans ce pays.

Haftar a fait cette annonce par l’intermédiaire d’un porte-parole de la LNA jeudi soir, selon l’Agence France Presse . Il faisait suite à un appel conjoint des présidents Recep Tayyip Erdoğan de Turquie et Vladimir Poutine de Russie mercredi, délivré d’Ankara alors que Poutine faisait suite à une visite en Syrie avec un voyage en Turquie.

“La paix et la stabilité durables dans le pays ne peuvent être obtenues que par un processus politique dirigé par les Libyens et détenu par les Libyens, basé sur un dialogue sincère et inclusif entre les Libyens”, ont déclaré les deux parties. «La recherche d’une solution militaire au conflit en cours en Libye ne fait que provoquer de nouvelles souffrances et aggraver les divisions entre les Libyens.»

Haftar a salué l’intérêt de la Russie mais a déclaré que l’offensive militaire qu’il avait lancée en avril 2019 se poursuivrait, en particulier à la lumière du soutien de la Turquie au GNA. Son rejet fait suite à la visite de Haftar en Italie pour discuter de la situation avec le Premier ministre Giuseppe Conte, tandis que le ministre italien des Affaires étrangères Luigi di Maio s’est rendu à Ankara mardi.

Di Maio et le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry se sont ensuite rendus jeudi dans une Algérie méfiante, où le ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum a organisé des entretiens à la suite de la visite du chef du GNA Fayez Al-Sarraj avec le président algérien Abdelmadjid Tebboune au début de la semaine.

Di Maio a déclaré au Service de presse algérien que toutes les parties soutiennent un cessez-le-feu et partagent leurs préoccupations quant à la détérioration probable des tensions régionales provoquées par la crise libyenne – avec le potentiel de déborder au-delà des frontières – en l’absence de solution politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 − 2 =