jeu. Nov 14th, 2019
donald-trump-paul-biya-cameroune

Le président américain Donald Trump

Trump met fin au statut commercial du Cameroun sur son record de droits de l’homme

Le président américain Donald Trump a annoncé la décision jeudi soir dans une directive adressée aux législateurs, citant des “violations flagrantes” des droits de l’homme internationalement reconnus

Les États-Unis ont retiré le Cameroun de son statut commercial privilégié en vertu de la Loi sur la croissance et les perspectives économiques en Afrique (AGOA) en raison de son bilan en matière de droits de l’homme.

Le président américain Donald Trump a annoncé la décision jeudi soir dans une directive adressée aux législateurs, citant des “violations flagrantes” des droits de l’homme internationalement reconnus, qui violent les dispositions des critères d’éligibilité applicables aux pays africains participants. Le changement prend effet le 1 er janvier.

“En dépit d’un engagement intensif entre les Etats-Unis et le gouvernement du Cameroun, le Cameroun n’a pas répondu aux préoccupations concernant les violations persistantes des droits de l’homme commises par les forces de sécurité camerounaises” , indique le communiqué de la Maison Blanche . «Ces violations comprennent des exécutions extrajudiciaires, des détentions arbitraires et illégales et des actes de torture».

La décision des États-Unis intervient moins d’un mois après que le président camerounais Paul Biya ait conclu un dialogue national qui, espérait-il, témoignerait de son engagement à mettre fin à la crise politique du pays de l’Afrique de l’Ouest qui avait débuté en octobre 2016 dans les régions anglophones du pays.

Des manifestations dirigées par des avocats, des enseignants et des médecins dans les territoires anglophones du nord-ouest et du sud-ouest du pays ont commencé pacifiquement. Ils ont lancé un appel au gouvernement camerounais pour qu’il réponde aux griefs historiques concernant les inégalités entre les régions anglophones et la majorité francophone datant de l’ère coloniale.

Ces manifestations ont été accueillies avec force et ont dégénéré en une crise générant un mouvement séparatiste à part entière à Ambazonia. Quelque 3 000 personnes sont mortes, selon le parti d’opposition MRC.

Alors que Biya, âgée de 86 ans, a félicité les Camerounais pour leur “succès”, le processus de dialogue a été considéré avec suspicion par le MRC et rejeté par les séparatistes anglophones et certains dirigeants de l’opposition.

«Les participants à ce dialogue ont choisi comme réponse aux revendications des anglophones sur la forme de l’État de maintenir la décentralisation avec un« statut spécial »pour les régions concernées», a déclaré le MRC à l’issue du dialogue le mois dernier. «Notre plus grand souhait est que cette solution réponde réellement aux attentes des populations de ces régions. Mais on craint que cela ne soit pas le cas. “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − 4 =